Civ. 1ère 22 février 1978 – L’erreur du vendeur sur l’authenticité du tableau, entraîne la nullité de la vente – Arrêt POUSSIN

FAITS : Des époux ont chargé un commissaire-priseur de la vente d’un tableau. Un expert a alors attribué l’oeuvre à « l’école des Carrache ».

Plus tard, la réunion des musées nationaux a déterminé que le tableau était une oeuvre originale de Poussin, et a décidé d’exercer son droit de préemption.

Les époux ont ensuite demandé la nullité de la vente pour erreur sur la qualité substantielle de la chose vendue.